Ether Part1-

Publié le par gameese

Pour le deuxième article de ce Blog, j'vais faire dans le super original et repomper un texte pondu sur un ancien Blog décédé dans l'indifférence la plus totale...
J'm'étais toujours dit que je le continuerais un jour et puis je l'ai oublié et puis il a ressurgi récemment. J'vous le livre tel quel, avec les fautes et tout, brût de décoffrage:

--------------------------

Ether

"-La légende raconte

Qu'un soir, de poignets désespérés, une goutte de sang perla sur le sol froid de Novembre...
De cette lâche goutte de sang naquit une jeune fille, aux invisibles ailes et aux incommensurables pouvoirs que l'on nomma Ether.

De sa naissance elle ne conserva que deux choses,
La couleur inhabituelle de ses yeux et un coeur totalement hermétique à l'amour. Car c'est de l'absence d'amour qu'elle naquit..."

~~

La jeune fille resta silencieuse un long moment les yeux fixés sur la première page du curieux livre. Elle finit par se résoudre à le refermer puis observa encore longuement la couverture de cuir sans age. Elle ne s'en rendit pas compte tout de suite mais ses doigts l'effleuraient:

"- Un bien bel ouvrage n'est-ce pas...?" La voix résona comme mille cloches brisant net le silence de la petite boutique. La jeune fille sursauta:
"- Oh... heu... O... oui...
"- Vous êtes intéressée jeune demoiselle...? L'histoire d'Ether... ce qu'il advînt d'elle ensuite... Vous voudriez le savoir N'est-ce pas...?" La jeune fille ne répondit rien. Sa bouche s'ouvrit et se referma sans que le moindre son n'en puisse sortir. Elle observa une dernière fois le livre dans ses mains puis lentement le resserra contre elle. Un sourire se dessinait à la comissure de ses lèvres alors qu'elle se dirigeait vers l'entrée de la boutique. Elle déposa le livre sur le comptoire avec toute la précaution du monde, comme s'il s'agissait d'un objet unique et d'une infinie fragilité. L'étrange homme, à demi dissimulé derrière son antique caisse enregistreuse, s'en saisit avec le même soin puis laissa aller ses yeux du livre à la jeune fille puis de la jeune fille au livre:

"- Je devine à votre expression que je suis dans le vrai..." Il ricana légèrement puis ajouta:

"- Tous les livres de cette boutique, absolument tous sans exception, s'y trouvent parce qu'ils me l'ont demandé d'une... mmh... manière ou d'une autre. Et force m'est de constater que celui ci semble tout disposé à repartir avec vous..." Il sembla à la jeune fille, l'espace d'un instant, voir le livre frémir entre les mains du vendeur. Elle écarquilla les yeux se demandant si elle n'avait pas rêvé puis se ressaisit. Probablement que le vendeur supportait mal les courants d'air, après tout cette boutique est bien vieille:

"- Oh mais ne croyez pas cela jeune fille, je ne suis peut être plus tout jeune mais il faudra plus que quelques courants d'air pour venir à bout de moi..." Elle sursauta de nouveau avait elle pensé à voix haute?

"- Je... Veuillez m'excuser si j'ai... enfin... je ne pensais pas... enfin... Je veux dire... Vous n'êtes pas...
"- Ne vous en faites donc pas pour si peu Demoiselle. Les gens qui considèrent le don de lire les esprits comme une malédiction sont ceux qui n'acceptent pas ce qu'ils sont susceptibles d'y entendre... Vous avez parfaitement le droit de me trouver vieux, rabougri, moche ou même le dernier des imbéciles, cela ne regarde que vous.
"- Oh mais, je suis bien loin de penser tout ce mal de vous... en fait... il m'avait simplement semblé que... le livre...
"- Avait bougé...?" La jeune fille se décida à lever les yeux vers lui:

"- C'est stupide n'est-ce pas?" Finit-elle par dire:

"- Pas tant que ça Demoiselle. Pourquoi un livre n'aurait-il pas le droit de bouger? Après tout s'il y a bien quelque chose qui mérite de pouvoir le faire... L'auteur d'un livre a sans doute ri certaines fois ou pleuré d'autres fois, il s'est peut être senti très en colère aussi. L'homme écrit avec ses sentiments et un bon livre est un livre par lequel tous ces sentiments transparaissent... Je ne peux pas croire que tout cela puisse rester immobile. N'êtes-vous pas d'accord?
"- Je... eh bien... Présentées de cette manière, les choses pourraient difficilement en être autrement, mais...
"- Mais un livre ne bouge pas, c'est un fait établi n'est-ce pas...?
"- Un livre ne bou..." Sa voix mourut et le silence retomba. Silence durant lequel la jeune fille laissa de nouveau son regard aller sur l'objet de ses convoitises. Elle le voulait, elle le voulait tellement qu'il lui semblait, à cet instant, beaucoup trop loin et inaccessible alors que quelques centimètres seulement la séparaient de lui. Elle tendit fébrilement la main dans sa direction:

"- Je voudrais, s'il vous plait..." Le vendeur l'y posa avec un malicieux regard par dessus ses petites lunettes:

"- Vous avez raison Demoiselle, on ne doit jamais faire attendre un livre..." A son contact la jeune fille se sentit appaisée. La couverture était chaude. Cela aurait tout aussi bien pu être du fait du vendeur mais il y avait autre chose. Quelque chose reposait à l'interieur, au milieu de tout cet enchevètrement de mots et de phrases, caché entre les lignes, il y avait quelque chose au pelage à la fois doux comme la plus douce des paroles et rugueux, dur, froid comme peut l'être parfois la vie. En cet instant, cette chaleur entre les mains de la jeune fille, la chose dans le livre avait trouvé son lecteur et s'était roulée en boule, comme un chat au coin du feu. Le vendeur avait raison, la jeune fille en était persuadée maintenant...

 

----------

 

Voilà, mes excuses pour le recyclage, mais en même temps si vous êtes pas jouasses, ben c'est la même!

Publié dans Essais341

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

POYO 17/08/2009 14:44

Ouais, je connais ça... N'écris plus sur la base de ce réxit dans ce cas.

Kelein 17/08/2009 09:59

pareil, je suis pas jouasse... file la suite !

gameese 17/08/2009 10:55



Bon... j'vais voir c'que j'peux faire, mais franchement je vous promets rien.
On en parlait il y a peu avec Lyrya, et on est tombé d'accord sur ce point.
Ce texte m'est venu comme ça paf! Je l'ai écrit d'une traite sans savoir où ça allait me mener. C'est un peu du compulsif quoi. Y'a rien avant et rien après, juste ça et je me vois mal
le continuer pour le moment, de peur que la suite ne soit inégale ou différente (plus le même état d'esprit, plus les mêmes acquis qu'à l'époque...)



POYO 14/08/2009 23:27

Moi chuis pas jouasse. Tu vas me faire quoi ? :D

gameese 17/08/2009 10:45


Ben si t'es pas jouasse, c'est la même :D


Lyrya 14/08/2009 21:42

Et dire que je l'ai lu avant "tout le monde", ste chance :3

gameese 14/08/2009 21:47


si j'en fais un bouquin un jour, j'te dédicace le premier sorti des presses ~~ \o/